Billet du dimanche 4

Dimanche 22 octobre : 29e dimanche ordinaire

Mt 22, 15-22
La péricope qui nous concerne, Mt 22, 15-22, par elle commence la série des trois controverses à l’encontre de Jésus.
 Cette controverse a un caractère politique, et, c’est la plus insidieuse du point de vue de la sécurité personnelle de Jésus.
L’évangéliste Matthieu a pris soin  de bien mettre en évidence la perversité de ces hommes. Les pharisiens (supportant les Romains comme un mal inévitable) s’associant à leurs ennemis politiques, les « hérodiens », (sympathisants de Hérode Antipas,  partisans de la restauration du pouvoir des Hérode sur toute la Palestine). Leur seul souci étant celui de piéger Jésus.
 On s’approche doucement de la passion, il faut trouver un motif pour faire périr Jésus.
Ils envoient leurs disciples pour prendre Jésus dans leurs filets. Ceux-ci commencent par l’appeler « Maître », ce qui signifie que, d’une certaine manière, ils reconnaissent son autorité. Ils savent ce qu’il est : Nous sommes dans le pharisaïsme pur (étymologiquement, le terme de « pharisiens » se rattache à une racine qui signifie « séparer » ou « expliquer ». Mais de par leur durcissement  à l’égard de la loi, on est arrivé à les confondre avec l’hypocrite). Ce comportement pernicieux,  louangeur » nous rejoint parfois dans notre attitude d’encenser l’autre pour le faire tomber. Jésus n’avait pas beaucoup de choix. Le tribut en question était la taxe imposée par les Romains après l’occupation de la Palestine.
Mais la sagesse de Jésus les renvoie à eux-mêmes. Jésus leur dit : « Hypocrites ! » Pourquoi me tendez-vous un piège ?  « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». Saint Augustin de dire, « Comment ne voudrait-il pas retrouver son image imprimée dans l’homme ? Et c’est à cette ressemblance que notre Seigneur Jésus-Christ nous invite, lorsqu’il nous commande d’aimer même nos ennemis ».
Amis, lecteurs du Site, Jésus nous invite, aujourd’hui, à remplir notre devoir, que ce soit dans la société ou envers Dieu. N’oublions pas que nous avons, nous  aurons à restituer à Dieu son image.
Sr Jeanne


Questions liturgiques

Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

Lire la suite...