Actualités - Dans le diocèse

Banzil Kréyol 2018

Banzil Kréyol 2018



 

Les Sargasses : comment comprendre pour vivre avec ?

M. Christian Antenor-Habazac est un homme passionnant et passionné, un scientifique sur lequel on peut s’appuyer pour comprendre la terre, et les phénomènes naturels qui surviennent autour de nous. Dans le cadre du Banzil Kréyol, le comité de Bouillante a eu la géniale idée de l’inviter le 26 octobre (mois du créole dans la Caraïbe) à la salle polyvalente de la commune pour nous enseigner sur « les sargasses ».

Le comité Flanboyan (auquel s’est joint la paroisse de Bouillante avec le Père Albert Blanchard) l’a accueilli chaleureusement ainsi que la petite quarantaine de personnes venue puiser à la source les bons et vrais propos pour répondre à la question qui nous taraude tous « les Sargasses d’où viennent-elles et pourquoi nous sommes envahis ? »


Les gens ne sont pas repartis sur leur faim, au contraire, durant deux heures C. Antenor-Habazac a capté le public, et à partir de diapositives très pédagogiques il a donné une conférence à la portée de tous. Vulgarisant le message avec une grande justesse de vue. C’est visiblement un homme dynamique, curieux et courageux dont la polyvalence est un bel exemple pour la jeunesse d’aujourd’hui. Ingénieur électronicien et physicien de formation, il a toujours été passionné par les sciences de la terre et aujourd’hui ses travaux, appuyés aussi sur d’autres grands scientifiques connus de chez nous aussi tels Michel Feuillard,  font référence. Il continue à parcourir la terre pour comprendre tous les phénomènes qui nous entourent et venir nous expliquer.

Les sargasses (algues brunes) ou « varech » (déchets flottants) comme on disait avant, ne datent pas d’aujourd’hui. « Je suis né en 1951 et j’ai toujours vu ça ! de même les brumes de sables qu’on appelait ‘temps blanc’. » Les sargasses ne viennent pas du Brésil. C’est une plante aquatique qui a toujours existé, comme l’herbe dans nos jardins, elle « pratique » la photosynthèse et vit dans un milieu marin  ou d’eau douce. Cette végétation très résistante existait bien avant l’espèce humaine, se laissant dériver. Chez nous la mer des Sargasses existe depuis toujours dans un triangle connu : Porto-Rico, Floride, Bermudes. La masse de végétaux qui tourne dans cette zone là dérive partout, et le réchauffement climatique dont on parle tant (qui est bien réel mais qui fait partie d’un cycle qui ne date pas d’hier) permet à ces « varech » de croître davantage. Côté négatif : pas beau, ça sent, ça gène, ça gratte… Côté positif qu’il faut encore creuser : engrais naturels, carburant…etc… « sans compter que autour des algues brunes prolifèrent les langoustes, les oursins blancs… aujourd’hui le grand danger ne vient pas des sargasses et du changement climatique (même si bien évidemment il faut en circoncire la gêne) affirme M. Antenor-Habazac, mais des gaz d’échappement croissant de nos voitures, de nos usines, de la prolifération de nos armes dangereuses… » On veut faire peur aux gens : « connaissez-vous Nutri’Activ ? algues bio. » C’est dans ce sens-là qu’il faut faire des recherches et continuer à travailler. Et il y a du pain sur la planche pour notre jeunesse d’aujourd’hui et les scientifiques de demain.

De nombreuses questions sont alors venues du public fort intéressé : brume du désert, les séismes, les volcans, les cyclones…etc… Christian Anteno-Habazac est intarissable qui connaît bien ces sujets et qui veut tellement vulgariser le message écologique, s’appuyant sur les vérités scientifiques et ancestrales indubitables, afin d’aider notre monde à « aller mieux ». Pétri d’humanité, M. Antenor-Habazac est un ‘prophète authentique de l’écologie’ voulant allier les sciences et leurs progrès technologiques avec le bien de l’homme. 

Merci Christian Antenor-Habazac, et continuez d’aller semer la bonne parole partout ! Merci à l’équipe du Flanboyan de se mettre ainsi à la portée de tous !



Jean-Marie Gauthier

Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...