Halte musicale de la Toussaint à saint Jean Bosco !

« Si l’art n’a pas de patrie, les artistes en ont une ! » a dit Camille Saint-Saëns dont on célèbre le centième anniversaire de décès cette année. Et le 28eme festival caribéen de la Harpe qui s’est déroulé en Guadeloupe du 24 au 30 octobre a tenu à marquer d’une pierre blanche l’anniversaire de cet illustre musicien qui est interprété partout à travers le monde. Faisant écho à Saint-Saëns, Frère Francklin Armand, pédagogue et éducateur de renom, ajoute aujourd’hui : « La musique est universelle, elle est une patrie à elle toute seule ! Et elle fait un bien extraordinaire à toutes celles et tous ceux qui s’y réfèrent hautement dans quelque partie du monde que ce soit ». Ce vendredi 29 octobre Claire Le Fur avait tenu à faire halte avec tous les musiciens qui l’accompagnent à Saint Jean Bosco : « Il y a là une acoustique extraordinaire qui permet une belle communion ».

Les artistes venus du monde entier, de passage chez nous, s’en sont donnés à cœur joie, alternant les morceaux variés et divers en duo (harpe et violon ou violoncelle), en trio en y ajoutant une guitare… ou en groupe plus conséquent. Le tout dans une atmosphère familiale chaleureuse et conviviale, tout en faisant preuve d’un professionnalisme artistique impeccable. Cerise sur le gâteau, Atahualpa Ferly, jeune guitariste guadeloupéen prestigieux, a accompagné un Ave Maria interprété de toute beauté par Claire Lambert. « J’ai beaucoup apprécié cette halte musicale d’une grande sensibilité » affirmait Léoncie T. à la sortie, originaire de St Barth, et qui est en vacances en Guadeloupe, elle continuait « un jour ils devront faire halte chez nous ! ».

Il faut dire que ce concert était voulu par Claire Le Fur pour aider Haïti et en particulier l’œuvre de la Fraternité de l’Incarnation qu’elle connaît bien puisqu’elle est déjà allée jouer pour elle en Haïti plusieurs fois, et pour soutenir aussi l’école Jeanne d’Arc voisine de St Jean Bosco. « L’art relie les gens entre eux, et les causes entre elles » a dit aussi Frère Francklin Armand quand il a reçu le prix du Trésor National Vivant dans son pays en 2008. Le groupe Ti Fanmi Lenkanasyon, bien implanté dans le diocèse, se réunit chaque mois pour prier certes (comme le temps de la récitation du chapelet qui a précédé le concert de cet après-midi) et aussi pour favoriser le « bien vivre ensemble en Guadeloupe et dans la Caraïbe » à travers une vraie fraternité et une authentique solidarité.

Pour prolonger cette halte salvatrice artistique à Saint Jean Bosco, Claire Le Fur et tous ses musiciens ont donné rendez-vous en soirée ce 29 octobre au Fort Degrés à Basse-Terre pour un temps musical et convivial en plein air dans ce havre magnifique de paix chargé d’histoire. Le Festival se terminant le samedi 30 octobre par un grand concert à la mairie de Gourbeyre qui est décidément un beau havre de culture et d’art.

 

Jean-Marie Gauthier