Actualités - Dans le diocèse

La pastorale des jeunes du Raizet est relancée

Samedi 27 Octobre 2018 : nous étions  plus d’une vingtaine de jeunes à se retrouver sur le beau site de Vallombreuse accompagnés des Pères Thierry St Clair et Louis Gabriel BLOT, respectivement curé et vicaire de la Paroisse Saint Michel du Raizet.
L’objectif visé : se retirer à l’écart, dans un endroit propice  pour réfléchir, méditer sur le relancement de la Pastorale des jeunes de la Paroisse du Raizet qui se trouvait en pause depuis environ une année.

Arrivés sur les lieux, comme prévu dans le programme, nous découvrons  le site avec son environnement charmant puis nous nous installons tranquillement en prenant notre petit déjeuner tiré du sac.



 

Ensuite, notre curé, le Père Thierry ST CLAIR, introduit la journée par la prière et nous explique le sens de la démarche : réfléchir et opiner sur la pauvreté évangélique et sociologique en vue de la préparation de la journée des pauvres du 18 Novembre prochain. Et aussi échanger autour de la Pastorale des Jeunes : comment animer autrement la Pastorale des jeunes pour mieux accompagner la jeunesse au Raizet ?
Le Père Louis Gabriel BLOT lance le temps de travail en équipe en nous présentant le texte de Lc 16, 19-31 qui parle de la parabole du riche et du pauvre Lazare. Trois questions nous sont posées :
1- D’après vous, le pauvre, c’est qui aujourd’hui ?
2- Avez-vous déjà fait l’expérience de la pauvreté dans votre vie ? Si oui, Comment ?
3- Quelle différence faites-vous entre ces deux expressions : pauvreté évangélique et pauvreté sociologique ?



 


Après un temps de travail intense en ateliers, arrive le moment des remontées. Chaque équipe partage avec le groupe le fruit de ses réflexions et les prêtres complétaient les réponses par leurs interventions enrichissantes. Il existe plusieurs formes de pauvreté : matérielle, spirituelle, morale, psychique. Et nous avons redécouvert que l’on peut être riche matériellement et faire l’expérience de la pauvreté sous une forme ou une autre. Et la pauvreté évangélique est cette attitude qui invite à l’humilité et à la simplicité de cœur pour se laisser remplir de Dieu. Tandis que la pauvreté sociologique est celle qui exprime l’incapacité de certaines personnes de répondre à leurs besoins primaires.
 




 

La pause déjeuner fut très animée et conviale. Elle était suivie  d’un temps de détente joyeux.


 

La deuxième partie de la journée consistait à trouver en petits groupes la forme appropriée à donner à la pastorale des jeunes pour une meilleure présence dans le milieu. Voici quelques propositions retenues :
- Marquer les temps forts de la liturgie catholique par des temps de récollection et de retraite spirituelle.
- Organiser des temps de formation humaine, psychologique, spirituelle et intellectuelle.
- Organiser un chanté Noël en invitant les autres pastorales des jeunes du doyenné
- Poser des gestes de solidarité avec les plus démunis, les malades, les personnes âgées.
-  Organiser des moments ludiques et instructifs : marche, sport, plage, conférences/Débats…
- Animer au moins une ou deux messes par trimestre.
- Aller vers les périphéries en organisant des pèlerinages internes et externes en vue de la découverte de la Guadeloupe et quelques pays de la Caraïbe à long terme.


Le noyau encadrant en lien avec le clergé paroissial approfondira  ces propositions et nous présentera un calendrier d’activités pour cette nouvelle année pastorale 2018-2019 et pour ce nouveau départ lors de notre prochaine rencontre.
Il était 16h quand nous avons quitté les lieux. Nous étions unanimes à reconnaître que c’était un temps de travail et de détente agréable et sympa. Nous avons joint l’utile à l’agréable tout simplement.  Nous invitons d’autres jeunes à nous rejoindre pour renforcer cette nouvelle équipe. Ils ne seront pas déçus car les choses s’annoncent cool,  intéressantes, détendues,  instructives, missionnaires et évangéliques.


 

Tamara, 13ans
Elève de 4ème  au Collège du Raizet.

Questions liturgiques

Origine de l'Avent et qu'est ce qu'une "année liturgique"?

Le mot "Advent" qui dérive du latin adventus, signifie "venue, avènement". Le temps de l’Avent n’est pas une période d’attente et d’expectative, mais plutôt comme le temps même de la venue et de la manifestation du Seigneur, avec une insistance sur le caractère glorieux de cette "épiphanie". Lire la suite...